ILE DE LA REUNION .PRO

Alain Delhotal et Mirasoa étaient au Vertig


 

 ALAIN DELHOTAL ET MIRASOA AU VERTIGO

 

 Mercredi 14 février 2007. Saint Valentin. On nous rebat les oreilles avec cet évènement sur toutes les ondes depuis l'aube. Alors nous sommes allées au resto et pour finir la soirée, nous avions deux places réservées au Vertigo pour le concert que donnait l'harmoniciste Alain Delhotal. Je mentirais si je prétendais vouer une passion à l'harmonica que je classais au contraire volontiers parmi les instruments secondaires pour amateurs nostalgiques de leur enfance. Quel gamin en effet, n'a pas soufflé au moins une fois dans sa vie dans un harmonica ?

 Lorsque nous arrivons, la salle est comble d'amoureux alignés sur plusieurs rangées de tables. Pour l'intimité, ce n'est pas vraiment le top, mais ils ne sont pas venus au Vertigo pour dîner en tête à tête, mais pour écouter Alain Delhotal et les invités surprise annoncés dans les médias, dont la chanteuse malgache Mirasoa.

 Nous prenons donc place tout près de la scène où une vingtaine de chaises ont été disposées pour les amateurs de musique qui n'avaient pas choisi de dîner sur place.

 

 

Alain Dehotal, en rouge et noir, entre sur scène. Son sourire illumine son visage et ses yeux pétillent. D'emblée, avec les Feuilles mortes, il nous emporte dans un monde lyrique, soutenu par son musicien au synthétiseur, Patrice Rémy, qui fait s'envoler les notes comme les feuilles chahutées par le vent. Quelque chose déjà s'est passée à l'intérieur de moi.

En hommage au Maroc où il s'est récemment produit, l'harmoniciste a composé un morceau qui demande une grande dextérité. On se croirait effectivement transporté au coeur du Maghreb et l'on cherche le deuxième harmoniciste... mais non ! Alain Delhotal est bien seul à jouer ! On aurait pourtant juré qu'ils étaient deux !... Et il pousse l'instrument dans extrêmes possibilités, au point que nous manquons presque de souffle à sa place.

 Et quand il chante Syracuse, il a la voix aussi chaude et ensorceleuse que Henri Salvador. Je suis conquise.

 Mirasoa, 17 ans, de noir vêtue, entre en scène et entonne le célèbre Hymne à l'amour. Quelle audace et quel talent ! La gouaille de Piaf n'est pas là, mais le ton y est et la gamine chante avec ses tripes comme la Môme. Les bruits de vaisselle se sont tus, chacun retient son souffle, suspendu aux lèvres de la toute jeune fille qui interprète cette chanson sacrée avec une incroyable force.

Lorsque, un peu plus tard, elle interprétera un standard de Witney Houston, l'émotion sera la même, ou presque, et le public ne boudera pas son plaisir. Ah ! on a beau vouloir jouer les durs et se défendre d'être romantique, une belle chanson d'amour interprétée avec son corps et son âme touchera toujours les plus récalcitrants !...

Aude et Antony, couple de musiciens mariés depuis huit ans, nous ont enchantés avec leur interprétation de la chanson de Maurane et Lara Fabian Tu es mon autre. La symbiose entre le joueur de synthé et la chanteuse n'a échappé à personne ! Et Aude, récemment 3e prix des Espoirs de la chanson, s'est jointe à Mirasoa pour chanter Mon ange, un tube de Nolwen Leroy.

Adama quant à lui a étonné le public avec la dextérité de ses doigts pour accompagner aux percussions Alain Delhotal et ses différents invités.

Le guitariste Antony Hoquard faisait également partie des invités surprise d'Alain Delhotal.

Aude, d'apparence timide et fragile, se transcende sur scène sous le regard amoureux d'Antony qui accompagne son épouse au syntétiseur partout où elle se produit. Comme pour Mirasoa qui a obtenu le deuxième prix au Espoirs de la chanson, les demandes de participation à des concerts se multiplient.

 

Variété, jazz, blues, même une petite démonstration de l'évolution de l'harmoniciste depuis ses débuts où il reproduisait des morceaux d'accordéon avec une étonnante similitude de son jusqu'à aujourd'hui : Alain Delhotal a déployé tout son talent pour nous offrir une soirée musicale de qualité.

Et puisque c'était la Saint Valentin, il a interprété pour tous les amoureux des incontournables tels My way... euh pardon !... Comme d'habitude de Claude François, et avec Mirasoa, Besame Mucho d'une grande sensualité. L'instrument répond à la voix et la complicité des deux artistes est tangible.

 

 Si vous aimez l'harmonica, n'hésitez pas à aller voir Alain Delhotal le 15 mars prochain au Blue Note à Nancy. Si, a priori, vous n'êtes pas un fan d'harmonica, allez voir Alain Delhotal le 15 mars prochain au Blue Note à Nancy : je suis certaine qu'il vous enchantera omme il m'a enchantée ce soir. En plus, l'homme a de l'humour, une grande générosité et une grande simplicité, ce qui le rend très sympathique. En attendant, vous pouvez vous rendre sur son site http://www.harmoco.com

Les photos de ce reportage ont été réalisées par Monique Colin.

 

 

   Isabelle Chalumeau (écrivain public)

ZAZ-ECRITOIRE

BP 30125

54715 LUDRES

Tel : 06.70.35.05.76

courriel : isabelle.chalumeau@wanadoo.fr et ichalumeau@free.fr

Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr