ILE DE LA REUNION .PRO

1, 2, 3 c’est parti : les 100 ciels la 13èm


1, 2, 3 c’est parti : les 100 ciels la 13ème

 

 

L’association Emil 13 vous invite à découvrir un espace de musiques différentes lors du festival les 100 ciels, la 13ème  le 29 et 30 juin à la MJC Lillebonne à partir de 20h00 (entrée 12euros, 10 euros, gratuit pour les moins de 14 ans). Ce festival sera précédé du Petit Salon, apéritif musical curieux et convivial du 26 au 28 juin à la Galerie Lillebonne, espace culturel d’Art Contemporain, dès 18h, entrée libre. (Pour la programmation complète de ces deux évènements cf. documents joints)

13 ans que ça dure, 13 ans de musique, de rencontres, de partage. Pour cette 13ème édition, Emil 13 prône le non-conformes et défend l’imprévu. Cette année encore et toujours, EMIL 13 aura à cœur de vous surprendre pour cette édition par deux soirées surprenantes et vivantes où les artistes à l’affiche ont en commun d’être à la fois inclassables, radicaux et engagés. Merci à eux de tracer leur route et de nous montrer quelques uns de leurs chemins de traverses. 

Le collectif associatif Emil 13 (expériences musicales et improvisées en Lorraine), met en avant l'inventivité, la singularité et l'indépendance dans les champs du jazz contemporain et des musiques improvisées. Depuis 1993 elle défend activement l'esprit d’une création musicale libre et indépendante, volontaire et décomplexée, au travers de réalisations associatives comme le Canard (journal d’expression), le festival "les 100 ciels", la programmation annuelle «le plein de super !» ou encore le site emil13, le petit salon de la galerie Lillebonne, les vernissages, le grand orchestre de l'association.

Toutes les initiatives d'Emil sont issues d'un désir violent de faire naître l'impossible, et de la volonté de partager une conviction vraiment ancrée en leur nécessité.  Cette volonté de provoquer des rencontres, de proposer à un public nouveau le résultat de ce que cette association de 80 personnes dont 50 musiciens professionnels et amateurs fait naître comme réflexions artistiques, comme bouleversements, comme découvertes …

Emil 13, toujours tenu par des exigences de qualité et d’innovation n’hésite pas à innover en créant des passerelles de collaborations inattendues avec d’autres structures (programmation commune avec la Scène Nationale de Vandoeuvre, MJC Lillebonne, Totem). Emil 13 se positionne sur des territoires inoccupés par les grandes structures de diffusion ou les petites associations qui démarrent.

L’expérience de cette association  permet donc d’apporter à un public élargi des rencontres simples (lieu accessible et intimiste, proximité avec les artistes et les diffuseurs) mais de haute qualité.

Renseignements – réservations : EMIL 13                                                                         14 RUE DU CHEVAL BLANC 54000Nancy                                                      ww.emil13.fr  emil13@wanadoo.fr

 

PROGRAMME ___________________________________________________________________________

Les 100 Ciels 2007, la 13ème

MJC Lillebonne 20H00

12€, 10€, gratuit pour -14 ans

___________________________________________________________________________

VENDREDI 20h30 :

KING AUTOMATIC est un One-Man band avec batterie + sampler, guitare et orgue...le bonhomme est tout seul qui tchaque, boume, gratte, piane, braille, et frime tout de go, calé sur son tabouret, cousin dégénéré de tous les Hasil Adkins et les Howlin Wolf de la terre et de l'enfer.

21h45 :

BOESPFLUG/DAGOGNET des retrouvailles pour une rencontre plus intime, instaurant un vrai dialogue avec un plaisir non dissimulé.
Au travers de compositions originales, ils explorent avec une véritable connivence des territoires imaginaires et sans frontières qu'ils inventent au gré de leurs humeurs et de leur fantaisie.
Instants privilégiés à partager… sans modération.

 

23h00 :

REPECAUD ARLOT GUERARD

Scelsi ou Schellac ? Aucune idée. Plutôt la combustion explosive de trois éléments physiques, passionnés de matière sonore.

Cette année Les 100 Ciels a souhaité inviter trois artistes qui partagent la même passion pour le rock expérimental, le son, la matière, la rencontre. Carte blanche et contrat de confiance donc pour des musiciens que l'on connaissait entre autres dans Etage34 (label 33revpermi) où les Drain Pump Booster (Label EMIL) et qui se proposent de nous surprendre tout simplement, trois musiciens établis dans la région nancéienne mais dont les sons résonnent bien au-delà de nos frontières.

            

SAMEDI 20h30 :

LIONEL GARCIN

L'instar intime

De manière plus évidente que dans le dialogue ou l'improvisation collective, improviser en solo implique une mise en contact avec quelque chose de très concret dans le corps, de l'ordre du poids, de l'équilibrage : l'instar (poids
utilisé pour équilibrer les plateaux d'une balance). Le solo permet la mise en
évidence d'un aspect polytimbrique voire polyphonique.
Un instar, c'est aussi l'état d'un
arthropode entre deux mues. Comme la mue des saxophones (ou du
saxophoniste) et de leur préparation (au sens de piano préparé) : utilisation de sourdines, résonateurs, jeu sans le bec… Transformations diverses de l'organologie pour enrichir le jeu traditionnel de l'instrument d'une approche contemporaine
.

21h45 :

DESMARCHELIER / LI PING TING Entre Nicolas Desmarchelier, membre du collectif Ishtar, musicien accompli du partage et l'inclassable Li Ping Ting, danse en action, manipulatrice d'objets, la complicité risque d'être totale : à l'endroit où se cotoient tous les mondes, à la limite jamais très stable (et finalement artificielle) entre la scène et la vie de tous les jours.

Créé en 1993, « Le Collectif Ishtar » regroupe des artistes engagés dans une réflexion commune autour des pratiques artistiques expérimentales et de l'improvisation libre.

 

 

 

 

 

23h00 :

DAS KAPITAL

Guitariste œcuménique, Hasse Poulsen ignore tout des chapelles esthétiques. Depuis presque vingt ans qu'il partage la scène avec les plus grands musiciens européens, il a développé un langage personnel, sorte de free-post-folk qui a comblé aussi bien le Napoli's Walls de Sclavis que la jeune génération dont Edward Perraud est un digne représentant. Ce batteur d'une incroyable finesse est encore peu invité dans les festivals français malgré l'évidence de son talent et sa soif inextinguible de jouer qui trouve dans l'énergie du guitariste danois un interlocuteur de choix. Daniel Erdmann est Allemand, jeune et discret et pourtant son parcours croise celui d'artistes aussi importants que Aki Takase, Ed Shuller, John Betsch, Joe Williamson ou encore Tony Buck. L'ensemble s'appelle Das Kapital et c'est un peu comme si Tom Waits avait lu Marx (ce qu'il a peut-être fait…), c'est rugueux, mais terriblement entraînant, c'est engagé, mais comme l'affirme le titre d'un de leur morceau, libéré des " Ghettos Militants ".

En permanence ... :

 

MARCO MARINI "Piéges à rêves" A la rencontre du monde du tissage, de la musique et de l'électronique, "Piège à Rêves" est une interface textile d'1,5m2 permettant l'interprétation en concert des musiques électroniques et électroacoustiques. Fruit d'un travail de recherche sur le concept de "partition navigable"* mené à l'ENSCI** (Paris), cet instrument innovant donne autant à voir qu'à entendre. Conception: Maurin Donneaud. Composition et interprétation: Marco Marini.

**Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle
* ENIGMES: http://projetenigmes.free.fr

Les modalités
Une réflexion collective autour du nom « Piège à rêves » de l'interface de Maurin nous a conduits à imaginer ce que devraient être les modalités entre partition et interface, desquelles il serait possible de décliner par la suite un processus de composition. La métaphore implicite du titre nous a suggéré dès le départ un rapport dont les objets musicaux (le contenu) figureraient les rêves, et la partition (le contenant) le piège. Le concept de partition navigable offrant un objet hybride, mi-partition, mi-instrument, celle-ci devrait permettre la liberté d'interprétation d'un matériau sonore décidé au préalable et noté-fixé sur elle, à l'aide d'un instrument-interface sur lequel elle serait notée. Elle devrait spécifier tous les éléments et modes de jeu possibles de manière explicite pour l'interprète de lecture. Elle devrait être lisible et interprétable par absolument tout le monde et en toute subjectivité. Elle devrait également inviter l'observateur de l'œuvre graphique sérigraphiée sur la toile à devenir un interprète de lecture sonore des détails du tableau observé.

MARLENE GUERRE Après quelques années consacrées aux images de musiciens, je prends pour sujet « le plus petit commun dénominateur à l'humanité ».
Je vois un kaleidoscope de formes, arrangées d'une certaine manière dans l'espace, dans de complexes positions d'abandon.

 La figure nue est la plus familière de nos images mentales, mais nous croyons seulement la connaître : images évidentes qui ne se laissent pas attraper facilement.