ILE DE LA REUNION .PRO

DEUX NANCEIENNES A CASABLANCA


DEUX NANCEIENNES A CASABLANCA

 

Dans le circuit des villes impériales du Maroc, Casablanca (Dar-el-Beïda en arabe) est la première étape alors même qu'elle n'est pas une ville impériale !

 

Casablanca, capitale économique et premier port du Maroc, doit son nom aux nombreuses maisons blanches peintes à la chaux qu'elle abritait au Moyen Age. Située sur la côte atlantique, elle accueillit la conférence qui porte son nom (ou conférence d'Anfa) réunissant lors de la Seconde Guerre mondiale les dirigeants de trois puissances : les USA représentés par Franklin D. Roosevelt, la Grande-Bretagne représentée par Winston Churchill et la France représentée par le Général De Gaulle. Le sultan du Maroc, Mohammed V, grand-père de l'actuel roi, participa aux débats dont découlèrent d'importantes décisions, notamment le débarquement des troupes alliées en Normandie.

 

 

 

 

La mosquée Hassan II est sans aucun doute le joyau de la ville.

 

Sur l'initiative du roi Hassan II, elle est construite quasiment sur l'océan de 1987 à 1993, conformément à une sourate précisant que le trône de Dieu était sur l'eau. Troisième plus grande mosquée au monde, après celles de la Mecque et Médina, son minaret, le plus haut au monde, culmine à 200 mètres. La salle des prières, d'une superficie de 20.000 m², peut accueillir 25.000 personnes. Dotée d'un toit ouvrant sur le ciel, elle comporte deux mezzanines réservées aux femmes. La salle des ablutions comporte 41 fontaines ; deux hammams sont également disponibles et visitables.

 

Pendant six ans, 2.500 ouvriers et 10.000 artisans ont travaillé à la réalisation de cet édifice religieux qui est à la fois un chef d'oeuvre de l'architecture arabo-musulmane et un bijou de technologie. En dehors des heures de prières, des touristes de toutes les nationalités et de toutes les confessions se croisent, leurs chaussures à la main, pour admirer le travail de moucharabieh d'une finesse de dentelle.

 

         

   

Casablanca, mondialement connue grâce au film de Michael Curtiz avec le couple mythique Humphrey Bogart et Ingrid Bergman, conserve encore de nombreux témoignages du protectorat français qui prit fin en 1956. La statue équestre du maréchal Lyautey trône dans la cour de l'ambassade de France. A proximité se trouve le marché central, structuré à la française, très différend et beaucoup moins dépaysants que les souks traditionnels.

 


                                     Palais de Justice

 

                                   Ambassade de France

 

(Avril 2009)

 

Pour voir davantage de photos : www.zazecritoire.unblog.fr

 

Ce reportage a été réalisé par Monique Colin (photos) et Isabelle Chalumeau (texte).

 

 

 
 Monique Colin

 
Isabelle Chalumeau (écrivain public)
ZAZ-ECRITOIRE
BP 30125
54715 LUDRES
Tel :  06.70.35.05.76
courriel : isabelle.chalumeau@wanadoo.fr
Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr
Blog : www.zazecritoire.unblog.fr