ILE DE LA REUNION .PRO

GASTON STOLTZ AU TEMPLE DE NANCY


 

       LE CHOEUR ET ENSEMBLE GASTON STOLTZ EN CONCERT AU TEMPLE DE NANCY

 


Construit en 1713 sur la place Saint-Jean (aujourd'hui Place Maginot), le temple est inauguré le 13 juillet 1807.

En 1882, la municipalité décide la refonte de la place Saint-Jean. Le presbytère, contigu au temple, est démoli et une nouvelle maison est construite rue Saint-Joseph (actuellement rue Chanzy).

En 1905, suite à la séparation de l'Eglise et de l'Etat, le temple devient propriété de la ville qui en laisse la jouissance aux protestants.

La musique tient une place importante dans le culte protestant ; aussi l'orgue construit en 1807 fut-il l'objet des soins des protestants. Un deuxième instrument est construit en 1856 et régulièrement restauré, notamment après un bombardement en 1916.
En 2001, la mairie de Nancy commande un important relevage de l'orgue du temple aux facteurs d'orgues Laurent Plet de Troye et Jean-Baptiste Gaupillat de Noviant-aux-prés (54).
L'orgue actuel se trouve en très bonne place parmi les orgues de la région nancéienne.


(Extrait d'une plaquette à la disposition des visiteurs du temple)

 

 

 

Sous la direction de Daniel COLOMBAT, l'ensemble Gaston Stoltz interprète le "Chant du Destin" de Johannes BRAHMS (1833 - 1897).

Auparavant, le chef d'orchestre évoque en quelques mots enthousiastes le poète allemand Friedrich HÖLDERLIN (1770 - 1843) qui a inspiré  cette oeuvre au musicien.

 

 

Vous passez là-haut dans la lumière
sur un sol moelleux, ô génies bienheureux !
D'étincelantes brises divines
vous frôlent à peine,
comme les doigts de la musicienne
les cordes saintes.

(HÖLDERLIN, Poèmes / Gedichte
Collection bilingue AUBIER - éditions Montaigne
Traduction de Geneviève Bianquis)

 

 

Etrangers au Destin, pareils à l'enfant
qui dort au berceau, vivent les Immortels.
Chastement enclose
dans un bourgeon sans apparence,
leur âme fleurit
toute l'éternité ;
dans leurs yeux bienheureux
brille, paisible,
L'éternelle clarté.

(HÖLDERLIN, Poèmes / Gedichte
Collection bilingue AUBIER - éditions Montaigne
Traduction de Geneviève Bianquis)

 

 

Mais pour nous, il nous est donné
de n'avoir nulle part le repos ;
ils s'évanouissent, ils tombent,
les hommes souffrants,
aveuglément lancés, d'une heure
à l'heure qui suit,
comme l'eau, de récif
en récif projetée,
tout au long des années
ils choient dans l'Incertain.

(HÖLDERLIN, Poèmes / Gedichte
Collection bilingue AUBIER - éditions Montaigne
Traduction de Geneviève Bianquis)

 

 

L'ensemble interprète l'"Ouverture tragique" en ré mineur opus 81 de Johannes BRAHMS

 

 

Après l'entracte, l'ensemble choeur et orchestre Gaston Stoltz interprète le Requiem de Robert SCHUMANN (1810 - 1856).

Les neufs mouvements de l'oeuvre méconnue mais magistrale sont magnifiquement interprétés.

 

 

Outre les musiciens et les chanteurs, quatre solistes interprètent le Requiem de Schumann :
Mthilde BONHOMME, soprano
Dorothée MULLER, mezzo soprano
Akeo HASEGAWA, ténor
Paul BERTHELMOT, baryton

 

Les nombreux auditeurs ont ovationné les artistes pour leur prestation. Après deux heures de plaisir grâce au génie des compositeurs et au talents des interprètes, chacun s'en retourne à ses occupations de fin de journée dominicale et, ah c'est vrai, comme l'a rappelé avec malice Daniel Colombat, aux résultats du premier tour des élections législatives ! Musique et politique... ces deux-là n'ont sans doute que la rime en commun !

Pour voir d'autres photos, cliquer sur ce lien : http://zazecritoire.unblog.fr/2012/06/10/schumann-et-brahms-au-temple-de-nancy/ 

 

 (10 juin 2012)

 Ce reportage a été réalisé par Monique Colin (photos) et Isabelle Chalumeau (texte)
 
 

      Monique Colin

Isabelle Chalumeau (écrivain public)
ZAZ-ECRITOIRE
BP 30125
54715 LUDRES
Tel : 06.70.35.05.76
courriel :
isabelle.chalumeau@orange.fr
Sites :
www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr
Blog : http://zazecritoire.unblog.fr