ILE DE LA REUNION .PRO

Distriforum 2002


Distriforum 2002



C.V dans une main, attaché-case dans l'autre, les étudiants n'ont pas lésiné sur les moyens. Le 31 janvier, au Palais des Congrès de Nancy, le Distriforum 2002 battait son plein. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette manifestation, petit explicatif afin d'être prêt pour l'année prochaine. Car le Distriforum, c'est un vivier de bons plans...

 

 

"Quand on a vingt ans, c'est difficile d'ouvrir une porte. Aujourd'hui, les portes sont ouvertes !". Bienvenue au Distriforum, la rencontre régionale Distributeurs-Etudiants, 7e édition.
A l'origine de la manifestation, 9 étudiants et 2 enseignants du DUT Techniques de Commercialisation (Tech de Co) de l'IUT Charlemagne de Nancy. Dans le cadre d'un projet tutoré, l'objectif est de réunir dans un même lieu et pour une journée, des étudiants et des représentants de grandes enseignes de l'univers de la Grande Distribution.
Étant donné que 40 % des stages se font dans le domaine de la Grande Distri et des commerces associés et qu'il s'agit du premier employeur dans le secteur commercial, ce projet n'a rien d'utopique.


Les métiers de la distribution ont évolué : marketing, merchandising, communication, etc... Autant de spécialités et de profils recherchés. Pourtant, selon Mr Legrand, représentant de la Fédération des Entreprises du Commerce, dans quelques années, la France va manquer de cadres. Ainsi, un événement tel que le Distriforum, c'est une aubaine. Pour les étudiants qui recherchent un stage ou un emploi, mais également pour les représentants des enseignes qui espèrent dénicher leurs futurs collaborateurs.

 

Auchan, Cora, Norauto, Leclerc, Carrefour, Darty ; les 6 empires de la Grande Distribution étaient présents, à la recherche de la perle rare. Du côté des étudiants, divers établissements représentés, de l'IUT Charlemagne à la Licence Professionnelle de l'UFR AES, en passant par Charles Foucault ou Chopin. Pour chacune des enseignes, une salle réservée au Palais des Congrès. Étudiants et professionnels se rencontrent individuellement, les uns proposant leurs compétences, les autres en état d'alerte pour ne pas laisser passer celui ou celle qui fera toute la différence. Opération de séduction entre postulants et recruteurs ; qui a la balle dans son camp ?




Suivant un programme minuté, rencontres individuelles alternent avec conférences et tables rondes. Dans l'amphithéâtre, sur scène, les représentants des différentes enseignes se livrent à un ping-pong verbal orchestré par deux journalistes du magazine spécialisé LSA. Telle une campagne électorale, différents thèmes sont abordés au sujet de la Grande Distribution sur lesquels chacun devra débattre. Chacun doit convaincre la foule d'étudiants qui sait se montrée exigeante.

 

Questions sur les salaires, sur la place des femmes en entreprise, sur les possibilités d'évolution interne... Surenchère ? Dans tous les cas, aucun des responsables d'enseigne ne fait pâle figure. On se différencie des concurrents jusqu'au moindre détail. L'appellation en est un bon exemple. On est chef de rayon chez Norauto, manager de rayon chez Cora, responsable de marché chez Auchan et chef des ventes chez Darty. La fonction est la même, mais le jargon a son importance. Lorsque l'on évoque la question des salaires, agréable surprise, aucun des professionnels n'a la langue de bois. Le Distriforum, c'est aussi baisser le voile ; à l'heure où parler d'argent est encore un sujet tabou, ici, on annonce la couleur sans complexe. Même s'ils parlent encore en francs.

 

 

Un stagiaire chef de rayon chez Leclerc, touchera 9000 francs brut mensuels lors de sa formation. A l'embauche, il paraît que tout dépend du rayon et de la personne. En tout cas, tout se négocie, donc rien n'est perdu ! Qui dit mieux ? Auchan annonce un sympathique 12600 francs brut pour la même fonction. Norauto et Cora préfèrent parler de salaire annuel. Si le premier affiche 33000 € en moyenne, le second arbore 11000 frs par mois, ajouté à cela un treizième mois, un quatorzième pour la participation et un quinzième et demi pour le résultat...faites le compte !

 

 

Finalement, tous s'accordent à dire que l'important, c'est le profil, et pas forcément le diplôme. Même si la formation Distech est largement citée pour son efficacité, apparemment, recruter sur la base d'un diplôme est trop sectaire. Les qualités requises sont entre autre "passion du client", "esprit d'équipe" et "disponibilité" pour pouvoir évoluer de façon notable. Chez Cora on embauche une quinzaine de jeunes par ans et comme dans toute bonne enseigne qui se respecte, de grands moyens sont déployés pour fidéliser les collaborateurs.
Un bon élément, c'est précieux. La Grande Distribution est sans conteste une source sûre car génératice d'emploi ; en tout cas, pour le Distriforum, tout le monde a joué le jeu et les enseignes se sont largement montrées accessibles.

 




04/02/2002
Julie Marchal