ILE DE LA REUNION .PRO

retrouvez Ariel Wizman aux platines du 4A


Ping Pong Musical au 4A Bar
A. Wizman vs. Kalk

Et dire qu'il y en a encore qui croit qu'en ce début de XXIe siècle surévolué, le ping-pong se joue toujours avec une balle et deux raquettes... Pour ceux-là, point de salut et il n'est certainement plus rien à faire. D'aucun se demande comment les propres amis de ces gens-là, dans un élan de pitié exacerbée, n'ont pas mis fin à leur insoutenable incompréhension. Pour les autres, clubbers invétérés et dandys post-modernes compris, mercredi soir dernier le 4A Bar s'est transformé en une arêne musicale d'un nouveau genre. Petit retour sur les faits.
La fin février est réputée pour sa nauséabonde atmosphère de mois le plus déprimant de l'année, à quoi il faut ajouter des conditions climatiques exécrables, oscillant entre giboulée gratinées et vents violents à décorner les boeufs. Bref, le climat idéal pour passer une énième soirée scotché à la télé, profondément hypnotisé par le débit subliminal de l'insignifiante boite à image.
Heureusement les très avisés organisateurs du 4A avaient flairé la nécessité d'un antidote à ce lancinant et pesant air du temps...

Florilège de quelques instants de pur bonheur électro-acoustique :



Passage obligé de toute soirée qui prétend s'étirer jusqu'à l'aube, warm-up survoltant des Dj's résidents, histoire de montrer que les maîtres du son nancéien savent aussi prendre le floor à rebrousse poil pour le plonger dans d'électrisantes réminiscences estampillées 80's et encore plus fort avec des purs sons disco...
Et tout d'un coup les yeux se sont levés, apercevant d'abord ce que l'on peut appeler une énigmatique paire de boots :



 
   

Vous voyez de qui il s'agit?... Et oui, Mister Ariel Wizman himself accompagné de son accolyte musical Mister Kalk, venus ravir les oreilles nancéiennes de leur sons siamois puisque le but du ping pong est d'obtenir un parfait enchaînement rythmique entre les deux mixeurs chevronnés...


Dès lors, est-il besoin de préciser que le dancefloor s'est enflammé et que les corps ont perdu la notion de limite pour atteindre des déhanchements improbables... Bon, et puisque vous étiez devant votre télé, on ne résiste pas à l'envie d'un peu plus vous culpabiliser en rajoutant une couche de clichés du bel Ariel ! ! !

 

 
   
   

En espérant que le vieil adage "Jamais deux sans trois" se réalise, car la prochaine fois pour les coupables absents, il n'y aura pas de rédemption...

 

Gueuraldht
photos : Morbac
et very heartful dédicace à Maud et Morgan