ILE DE LA REUNION .PRO

Périple au Chapiteau




PERIPLE AU CHAPITEAU



Le traditionnel Nancy Jazz Périple a démarré au quart de tour dans l'antre du Chapiteau de la Pépinière. Sous la tente, à partir de 20h, Bill Bruford's Earthworks, Bauchklang, Gotan Project, Medeski Martin & Wood... excusez du peu.
Quatre somptueux groupes programmés pour un show de plus de 4h, avant que le public ne continue sa course vers le Magic Mirrors.
Même si le public s'était essentiellement déplacé pour Gotan, le concert en a pourtant déconcerté plus d'un, tant par sa diversité musicale que par la prestation renversante des artistes. Au gré du passage des groupes, un nouveau spectacle se jouait sur scène. Jazz, formation a capella, tango électro, hip hop funky...la fusion des genres.


BILL BRUFORD'S EARTHWORKS
Figure de proue dans le jazz et le rock depuis une trentaine d'années, Bill Bruford est un maître de la musique anglaise progressive. Sa fougue lorsqu'il accompagnait des goupes comme King Crimson ou National Health (band de Dave Stewart) lui a valu considération de la profession et renommée internationale. Batteur talentueux qui, malgré les années, ne perd rien de son énergie, Bill Bruford était à l'affiche du NJP avec son groupe Earthworks. Avec Tim Garland au saxo et clarinette basse, Steve Hamilton au piano et Mark Hodgson à la basse acoustique, le quartet - doux mélange entre jazz moderne et musique contemporaine- a donc ouvert le Nancy Jazz Périple avec douceur, accueillant les spectateurs arrivant au fur et à mesure de la prestation.






L'OVATION DE BAUCHKLANG

Bauchkland est incontestablement l'une des révélations de ce Nancy Jazz Pulsations. Six jeunes Autrichiens débarquent sur la scène avec micros et voix comme seules armes. Véritables ténors du Human Beat Boxing, ils excellent brillament dans cette pratique a capella qui laisse obligatoirement médusé. Grâce à leurs voix, mais aussi le nez pour l'un d'entre eux, ils enchaînent beats ragga, hip hop ou techno. Des sons de percu, des éclats de guitare électrique, des ondes électroniques sonnent comme une revanche et fait un joli pied de nez à la lourde industrie musicale.
Découverts aux Transmusicales de Rennes, Bauchklang est en tournée avec son album Jamzero. Leur passage à Nancy a tout dévasté. Un véritable triomphe pour un spectacle insolite...les nancéiens présents en sont sortis étourdis et pantois.
leur site officiel : http://www.bauchklang.at/





GOTAN PROJECT : ELEGANCE ET PUDEUR


Leur 1er maxi est sortit début 2000 ; en seulement deux ans, Gotan Project s'est imposé comme une évidence dans l'univers musical électronique. Réunissant le gotha des musiciens argentins exilés en France, la formation a fait de l'alliance entre l'acoustique et les machines son créneau. Volupté de la "musica argentina" et modernité de l'appareillage électronique unies pour une "revancha del tango" réservée et raffinée. Guitare, bandonéon, piano, violon, beats naturels et électroniques sur lesquels se superpose la voix à fière allure de Cristina Vilallonga.
Aucune fioriture. Exit la tendance in et pipolisée des soirées électro branchées. Exit le folklore désuet du tango. Gotan Project n'a pas la grosse tête. Sobrement, ils jouent en toute discrétion. Le concert commence par une performance vidéo, images projetées sur une toile blanche semi-transparente, derrière laquelle joue le groupe. Il faudra attendre trois morceaux pour que le rideau tombe et laisse apparaître la troupe tant attendue. La musique en avant, l'ego artistique derrière. Mise en scène bien évidemment, mais savamment réfléchie pour ne pas donner l'illusion de "l'artiste qui se fait désirer".
Raffinement, élégance, sensualité, mystère... La salle est comble et respectueuse.




MEDESKI MARTIN & WOOD

Malheureusement, le chapiteau se vide après la prestation de Gotan Project. Pourtant, le trio américain qui s'installe à de l'énergie à revendre. Medeski, Martin & Wood, groupe avant-gardiste de jazz mise sur l'éxpérimentation sonore. Bien loin du standard thème/solo-thème propre au jazz, les trois compères intègrent funk psychédélique, dub ou encore hip hop. Billy Martin à la batterie et percus, John Medeski aux claviers et Chris Wood aux basses et piano sont encore peu connus en Europe alors qu'on se bouscule pour les voir aux Etats-Unis. Mais ça ne saurait tarder.


10/10/2002
Julie Marchal