ILE DE LA REUNION .PRO

DJ Tal Stef


 



Soirée TronikjazzClub II au Magic Mirrors, après la soirée funky du Chapiteau. Au Programme, un Live Act de SK Radicals - dans la pure tradition d’acid-jazz band anglais - Dj Adrian Gibson - à l’origine des nuits Messin’Around au London Jazz Café - et DJ Tal Stef, qui pour l'occasion, a revêtu l'habit de conseiller artistique pour organiser cette soirée.
Rencontre avec le DJ strasbourgeois.

DJ strasbourgeois, Tal Stef n'est pas inconnu à Nancy. Certains ont pu le voir au 4A Bar ou encore au sein du Synthetic Orkestra de Corrine, figure emblématique du Kabarelectronik.
Tal Stef a découvert le mix il y a 17 ans, à la fin des 80's, lors du grand boom de la techno. Il a ouvert Soultronik, son magasin de disques en 1998 et créé un label du même nom, orienté nu-jazz, brokenbeat. Résultat, un premier maxi de Steppah Huntah et prochainement, le concours garanti de musiciens comme Lutropic, Dandy Pop ou No Stress.
En une décennie, Tal Stef fut le témoin de l'"évolution" du genre et tente d'analyser sa carrière avec du recul.

"La musique rencontre un écho de plus en plus large car peu à peu, pas mal de musiciens se sont mis à faire de l'électro. Donc la musique s'est forcément enrichie ; aujourd'hui, ce n'est plus seulement de la House, même si c'est ce qui se vend toujours le plus. Cette nouvelle orientation date de la période acid jazz, dans les années 90, avec ses beats électro. Désormais, les ordinateurs et les samplers sont devenus des instruments de travail qui ne sont plus réservés aux DJ's".
De clubs en Rave en passant par l'organisation des soirées Global Groove, Tal Stef a toujours été actif sur la scène électronique de Strasbourg. Dorénavant plus posé, il a un autre regard sur son travail, qui n'engage que lui. "Plus tu évolues, plus tu grandis, plus tu es exigeant. Maintenant, je privilégie la qualité musicale. En 88, je mixais de la house, puis je me suis nourri de jazz, de funk et de soul. En fait je cherche toujours un équilibre entre le passé et le présent, mais je ne veux pas être figé. Comme la majorité des boîtes et des Raves sont cantonnées dans des styles très précis, je préfère jouer dans des Festivals, comme le NJP".


Conscient de sa chance, Tal Stef n'hésite pourtant pas à souligner un problème, souvent relevé par la majorité des DJ's que l'on rencontre. Il n' y a pas assez de lieux permettant de s'exprimer pleinement ; pour un débutant, trouver un endroit où jouer relève du parcours du combattant, "c'est la croix et la bannière".
"Etant de Strasbourg, je me rends directement compte de la différence entre la France et l'Allemagne. L'Allemagne est l'un des pays les plus excitants. C'est un pays tellement carré, tellement rigoureux, qu'il y a de vrais investisseurs sur la scène électro, c'est un vrai business qui tourne. La scène se développe, s'alimente. En France, on en est encore au balbutiement, on est moins costauds. Il faut savoir qu'en Allemagne, 20, voire 30 DJ's tournent bien. En France ? Je ne suis pas sûr qu'on atteigne les 10".

Absolument pas dupe et loin de vouloir déclarer forfait, Tal Stef continue sur sa lancée. Il a trouvé sa place et pas moyen de l'en déloger.
Vous pouvez le retrouver un samedi par mois à L'Abattoir Café de Strasbourg (1, quai Charles Altorffer) et le découvrir dans son émission Check it Out, sur Radio RBS (91.9 FM)
.
Il sera le 9 novembre prochain au 4A Bar de Nancy, pour la soirée Tasty.










 

20/10/2002
Julie Marchal

Aussi :
DJ Tal Stef -Guem - Nancy Funk Explosion - Le Peuple de l'Herbe - Keren Ann - Rubin Steiner 4tet - AkoshS. Unit - Kabarelectronik - Lames de Jazz - Karin Clercq, Benabar,Tarmac - Dom Colmé - Brasil Heros - Kaolin, Superbus - Nancy Jazz Périple (Gotan Project...) - Nada Surf - Luke -
Nancy Jazz Poursuite (la tournée des bars)