ILE DE LA REUNION .PRO

damoizo : de la chanson française à découvr


DAMOIZO : DE LA CHANSON FRANCAISE A DECOUVRIR EN CONCERT

Décidément Nancy est riche de groupes de tous styles... en voici encore la preuve avec Damoizo, entre chanson pop et chanson française. En pleine effervescence en ce moment, Damoizo vient en effet de sortir son premier 4 titres la semaine dernière et entame une petite série de concerts. Partir à la découverte de ces quatre musiciens et de leur travail n'est pas une mince affaire, mais essayons quand même...

Un an et demi que Damoizo existe, d'abord en duo voix-guitare avec Mathias et Vincent seulement, puis complété par les deux Alex à la basse et à la batterie. S'il est une question assez idiote à poser à un groupe et en même temps légitime, c'est d'où vient leur nom. L'effet est immédiat. Entre la réponse de Vincent, dite très sérieusement, "c'est joli" et celle de Mathias "ça veut dire tellement de choses que c'est ça qui est bien", Alex-basse glisse également sa petite touche "c'est aussi une marque de whisky". Bon, visiblement autant ne pas s'appesantir sur cette question. Parlons plutôt de l'actualité du groupe qui a couché sur disque quatre de ses treize compos actuelles et que tout à chacun peut écouter. "Pâle sans bleu(s)", titre du scud, leur permet "d'avoir une carte de visite", indique Mathias ou bien encore "de rentrer dans la distribution, et voilà maintenant le but c'est de faire un album", selon Vincent. Mais pas de précipitation non plus, comme l'explique Mathias, "le but c'est de roder sur scène nos treize morceaux" et l'album, ce sera pour plus tard, dans un an si tout continue sur cette lancée...

Concrètement, ils font quoi comme musique les Damoizo ? Pas évident... on peut dire que c'est de la chanson française, "étiquette" que le groupe semble assumer. Même si Alex-batterie préfère dire en riant "chanson française de jeunes", et que finalement l'autre Alex ajoute, "c'est assez vaste quand même, c'est de la musique accessible." Il poursuit, "en live, c'est encore pas pareil." Difficile de les cerner ces Damoizo. Tout tourne autour du chanteur pour le travail des chansons, Alex-basse explique "Matt nous donne l'axe, genre un esprit", ce que confirme Vincent, "Matt arrive avec une idée, on fait la co-composition, après on travaille tous ensemble". Donc, cela reste bien heureusement un vrai travail de groupe... il arrive d'ailleurs que de la base proposée par Matt, il ne subsiste pas grand chose, mais cela ne le gêne pas, au contraire, "c'est bien, c'est ça qui est génial, on a tous un bagage musical... et on n'a pas le même résultat." S'ils ont tous suivi la même formation au MAI, nos quatre musiciens écoutent des styles variés et cela ne les empêche pas de se retrouver dans ce qu'ils font ensemble. "Il ne faut pas écouter de la chanson française pour faire de la
chanson française, ce n'est pas le problème... l'important, c'est de savoir comment tu construis le morceau
", explique Vincent. Comme le résume très bien Alex-basse, "ça reste des notes,
des accords, de la cuisine quoi !
"



"La trentaine", "Ne rien faire", "Jules" et "Ulysse rêve d'océans", voilà les titres à découvrir sur "Pâle sans bleu(s)" avec des textes bien écrits, qui sonnent juste et qui correspondent tout simplement à des tranches de vie. "C'est de l'observation, tu vas dans les cafés, tu discutes avec des gens... et c'est aussi un peu autobiographique...", commence Mathias. Sans prétention aucune les paroles, pas sûr... "je veux
essayer d'amener les gens à penser différemment, changer leur routine, que les gens le prennent à leur niveau... comme ceux qui passent leur temps à zapper
("ces soirs où je larve en puissance, un burger dans la panse / télé mise à outrance pour fuir les apparences… / j’ai la trentaine peu sereine" extrait de "La trentaine"). Certaines personnes nous disent "vous avez de la chance, vous faites ce que vous aimez"... c'est pour cela que je fais de la chanson pour que le mec qui a envie de faire du sport, il en fasse, par exemple", termine-t-il. Alex-batterie constate, "moi, c'est pas parce que j'ai du vécu que j'arrive à faire ça, il a du bol". Pour Mathias, le secret de l'écriture est simple, "il faut avoir envie de raconter les choses, en plus j'adore jouer avec la langue, mais c'est rien ce que j'écris... comparé à des mecs comme Brel, Gainsbourg, ou plus récémment Bénabar ou Fersen." L'écriture de Mathias, apprécié évidemment par l'ensemble du groupe, influence le résultat final d'une chanson "on fait pour que la musique aille avec l'ambiance du texte", indique Alex-basse. Au final, "il n'y a pas d'unité dans le style, il n'y a pas de limite, c'est juste pour porter le texte, pour qu'il soit mis en avant". Différents styles se côtoient donc dans l'univers de Damoizo, on passe de la pop, à la jungle, la musique des années 60... et l'utilisation d'un instrument comme le trombone rajoute "un son particulier, un petit côté roots", comme le dit si bien Vincent.



La semaine dernière, Damoizo était sur scène au Vertigo, et le contact avec le public a l'air de bien être passé. "On fait de la musique sans prétention, dans le sens où on fait pas du jazz qui fait réfléchir les gens, nous, on fait de la musique festive, on essaie de mettre le feu...", explique Vincent. Ils se sont forcément préparés pour jouer live avec des répets en plus, mais le stress de se produire davant un public est toujours là. "Quand t'appréhendes plus la scène, c'est plus la peine de faire un concert,...t'as toujours la surprise à chaque fois...." confie Mathias. Et puis de tout façon, il a une bonne issue de secours au cas où, "si on rate un concert, on dit qu'on s'appelle autrement...pas Damoizo."


30/10/2002
Erica WALTER



Damoizo en concert :


jeudi 31 octobre : Cabane des Brasseurs - Nancy 23h00 entrée libre

09 11 02 : La Dernière Séance - Vittel (88) 22h00
22 11 02 : Le Rout' Art - Contrexéville (88) 22h00
28 11 02 : Radio Jericho - Metz (57) 21h00 live radio
05 12 02 : Blitz Café - Nancy(54) 21h30 entrée libre

Pâle sans bleu(s),
4 titres de Damoizo