ILE DE LA REUNION .PRO

les amis d-ta femme A se carrer sans tarder


 

A se carrer sans tarder dans les oreilles

"3ème album, avec des chansons qu'on connaît déjà. Avec des gens autour, qui chantent, rient et boivent, des vrais gens pour un enregistrement en public. Ceux qui n'aimaient pas n'aimeront pas, les autres peuvent se le carrer sans tarder dans les oreilles, ils n'auront pas l'air plus intelligents, mais il pourront dire : "Les Amis d'ta Femme font la différence". One more time : "Les Amis d'ta Femme font la différence". Once again : "Les Amis d'ta Femme font la différence". Merveilleux."
Rencontre avec Vatlavé Kraspek, contre-bassiniste de la troupe.

Actualité chargée pour les trois zamis de vot' femme. En tournée depuis le début de l'année (le Toulmondeapoiltour), un live sorti le 15 octobre dernier, une série de dates entamée trois jours après et ce, jusqu'au 7 décembre avec Les Fils de Teuhpu... C'est à l'occasion de la mise en rayon du nouvel album et de cette fameuse tournée qu'a eu lieu une audience en huis-clos avec sieur Kraspek.
Se préparer à pareille rencontre n'est pas une mince affaire, il paraît qu'ils sont ingérables (rumeur que Kraspek lui-même, ne démentira pas d'ailleurs). Alors se dire que finalement on s'en sort pas trop mal, vu qu'on en rencontre qu'un sur les trois, est un leurre. Là encore, il paraît que Vatlavé est le plus intenable de la bande (ce qu'il confirmera aussi). Alors on se dit qu'on va éviter de lui parler bibine, FN et Star Académy pour ne pas l'énerver. Lorsque j'arrive, il me demande "c'est quoi ton blaze ?". Au hasard, je lui réponds par mon prénom. Ça a l'air d'être ça, un point pour moi.

On connaissait le film "Un air de Famille", place à "Un air de Beuh", cocktail détonant composé des énergumènes des Amis d'ta Femme et des Fils de Teuhpu. Sans peur et sans reproche (quoi que), les chevaliers alternatifs écument les salles all around the France, sans aucune pitié, inondant l'assistance de leur rock'n roll déconnant. "C'est une tournée particulière, pour finir l'année. On a déjà fait une vingtaine de dates avec les Teuhpu ; en fait, ce qu'on voulait, c'était se balader ensemble, se marrer entre potes".
Imaginez deux secondes notre combo alternatif musette sur scène avec les fanfarons keupons... un ravage.

Des morceaux des uns orchestrés par les autres, des improvisations à n'en plus finir, des dérapages incontrôlés "mais pas trop car on connaît notre métier", on se doute que ce genre d'association réserve bien des surprises et qu'il n'y a pas de prototype de concerts. Carpe diem. On sait pas où on va, mais on y va. "C'est ce qui se passait déjà dans les années 80. Il existe réellement une grosse tribu, qui s'est perdue dans les 90's et qui se retrouve aujourd'hui. On a la Ruda Salska, Marcel et son Orchestre, la Rukétanou, les Kargols et tous les autres. Les gens de la période alternative comme les Parabellum, les Happy Drivers, les Wampas et surtout les VRP sont nos modèles et on les croise toujours...". Le voilà parti dans ses souvenirs. Si les Amis d'ta Femme existent officiellement depuis avril 1998, Kraspek est sur scène depuis la fin des eighties. Il évoque Vérole des Cadavres, Laurent de Traumatisme, ses périodes funk core, fusion, punk et surtout rock-a-billy. Souvenirs, souvenirs... mais quel âge à cet homme ?
Bref, revenons-en aux Amis. "Chansons politico-paillarde", "chansons à boire", "chansons anar", "musette éthylique", on en a inventé des concepts pour l'immatriculer la musique des trois gaillards. Alors ? "C'est de la variét'", dixit Kraspek. On est déçu et freiné dans nos divagations les plus échevelées. De la variété, purement et simplement. "On n'a rien inventé, mais poursuivi une idée de groupe avec de l'acoustique, une instrumentation logique. Je te disais que les VRP était une référence ! Chez nous, il n'y a pas de batteur (ndlr : Kraspek est un ancien batteur), on mise tout sur l'énergie. Et quand t'arrives à faire pogoter 6 000 personnes sans batterie, ouah .... On a développé une rythmique en fonction de cette carence et ça fonctionne parfaitement."

L'histoire commence il y a six ans. David Vincent demande à Kraspek "si ça le branche de venir faire le con", pour chanter des chansons pour rire, une ode à la picole, aux femmes (des autres) et aux cons. Rejoints par Frankoué, ils jouent dans la rue, les bars, pour les copains. Depuis, quasiment 400 concerts, 3 albums et bientôt un 4è. "Il sort le 1er mai 2003, quand les FNAC sont fermées. On le vendra avec le muguet et un drapeau rouge et noir... Il s'appelle L'album noir et rouge aussi un peu et on enchaînera une tournée direct. Il pourrait y avoir des surprises, comme des nouveaux gens par exemple". Apparemment, ce nouvel opus marque un changement d'orientation. "On se pose la question de notre taux de responsabilité car on a un public de plus en plus jeune". Forcément, quand on a la réputation de louangeurs de pochetronnerie, même pour déconner, un moment ça coince. "Je continuerai à transmettre un respect profond pour le vin rouge, breuvage suprême !". Mais avec davantage de modération vraisemblablement.

Un concert des Amis est avant tout un spectacle, à prendre au second degré. OK, leurs textes sont très explicites, de là à prôner le coma éthylique, il y a de la marge. "Tout le monde n'a pas l'air de comprendre. Quand je vois un mec beugler "Patron y a marée basse" avec sa bouteille à la main et venir me voir à la fin du concert pour me dire qu'il est comme nous alors qu'il a toujours voté à droite, ça m'fait marrer. Pareil pour les mecs qui font gaffe à rien, qui vident leur cendrier de voiture sur les parkings, au nom d'un m'enfoutisme de je ne sais quoi. Ce sont des exemples bêtes et méchants mais qu'on voit souvent. On est comme vous qu'ils disent. Moi je leur réponds : attention, c'est pas ce qu'on a dit !" Son message est clair, il ne faut pas confondre l'anarchie et le chaos. Avoir des idées libertaires, c'est bien, un sens du civisme, aussi. Avoir des comportements minables de rebelles sans cause est assez risible, surtout que l'on rencontre souvent ces mêmes personnes dix ans plus tard à "travailler chez IBM comme papa et à piquer les places réservées aux handicapés sur les parkings".

Kraspek, c'est un vrai de vrai. Il est né et compte bien mourir pour le rock'n roll. Quand il ne joue pas lui-même en concert, on le retrouve à ceux des autres, n'hésite pas à partir dans l'heure pour un show des Ska Wars à Toulouse, ou faire un bref aller-retour Nancy-Suède juste pour un live. Il n'aime pas les maisons, le sapin de Noël de la place Stanislas, mais il aime les femmes pour qui il chante. "C'est sexué le rock. C'est pour draguer dans les boums et cours de récré". Et alors, des groupies ? Censuré ! Ce n'est pas lui qui censure ma question mais moi qui censure sa réponse... difficile de cerner le personnage tout de même. "Au début des Amis, je me disais qu'on était des vieux punks et des vieux alterno. En fait pas du tout. On est des fêtards, il n'y a que ça de vrai ; On rencontre des gens, je reçois des lettres de filles" censuré!
C'est banal de dire que l'on est content pour eux, et pourtant. D'accord, des fois, c'est un peu limite, voire graveleux à en juger les commentaires entre les chansons sur le live. Souvent critiqués, jamais découragés. Dernière revanche : avoir joué dernièrement au Chabada à Angers. "C'est une salle qui avait toujours refusé les Amis d'ta Femme. Et là, on y a joué avec les Fils de Teuhpu, car tu comprends, maintenant on est connus" (rires). "Faut faire avec, on te balance et puis on vient te chercher plus tard. T'en auras toujours qui seront plus tendance Radiohead qu'Amis 'ta Femme".
Question habituelle de fin d'interview : alors, un scoop ?
"Mon scoop s'appelle Marvellous Wonderful Brothers. Un groupe de plage, du rock'n roll récréation. Avec deux des Amis et le groupe Sonotone. Et c'est moi qui chante !
"

Sonotone ? Très prochainement, la suite de cet article pour en savoir plus...



Lave toi la bouche - 2001
Faut qu'ça lime ! - 2002
Font la différence ! - 2002


En concert au Terminal Export le 10/11/2002 -
voir les autres dates
08/11/2002
Julie Marchal