ILE DE LA REUNION .PRO

programme : un concept bien à eux


PROGRAMME :
UN CONCEPT BIEN A EUX

Impossible de rester indifférent à la musique de Programme... entre boucles répétitives et paroles criantes de vérité, Programme innove. Certaines personnes rejetteront en bloc, d'autres trouveront cela intéressant, une chose est sûr en tout cas, c'est osé. Ils étaient jeudi en concert à l'Austrasique dans le cadre du festival de La Chienlit ; le moyen d'en savoir plus sur ces deux toulousains.

S'il vous arrive un jour d'avoir entre vos mains un cd de Programme, prudence... vous risquez de vous prendre une claque monumentale en l'écoutant. Ce duo composé de l'ex-chanteur de Diabologum, Arnaud Michniak, et de Damien Bétous balance des morceaux en tous points originaux, originalité bien évidemment recherchée, "ça fait partie du projet... on a réuni un petit peu ce qu'on savait faire", commence Damien. "Ce qui nous fait vibrer,
c'est de faire quelque chose de différent
", ajoute Arnaud.

Deux albums déjà à l'actif de Programme, "Mon cerveau dans ma bouche" et "L'enfer tiède"... Une fois passée la surprise de la première écoute, on se rend compte que certaines chansons sont plus accessibles que d'autres... "on se résoud à en faire pour ne
pas fermer la porte à tout le monde
", explique Arnaud. Mais globalement, Programme explore de nouvelles directions... "il y a d'autres chansons où on s'est dit, on y va...", lache Damien. Finalement, ce mélange entre musique totalement imprévisible et le reste est intéressant pour le groupe, "des morceaux différents accentuent le côté hétérogène", se félicitent-ils. Le duo fonctionne bien et chacun se retrouve dans la création des chansons. Arnaud les écrit et Damien les compose en partie, quant à la finition elle se fait à deux. "D'une manière générale, c'est souvent un départ au niveau des textes, chaque morceau est une essence, il faut que quelque chose se passe, sinon on abandonne. Si à force de réécoute, ça ne tient pas et si on trouve pas de solution, on peut faire prendre au morceau une autre forme catégoriquement différente..." indiquent-ils. Effectivement, pour eux, ce qui compte avant tout, ce sont les textes, entre constat amer et constat d'impuissance sur le monde qui nous entoure. Des textes plus scandés que chantés sur un ton très lancinant. "Le but, c'est de dire la vérité. On peut dire d'une manière naïve qu'il y a des éléments objectifs et subjectifs. C'est une musique négative et critique, dans notre époque on se sent particulièrement mal à l'aise", livre Arnaud. Mais savoir quel impact ces textes peuvent avoir sur le public, les deux garçons n'en savent trop rien... "on veut exprimer l'individu et exprimer sa force, même si dans la vie, c'est un peu la cinquième roue du carosse... c'est un cri...", insiste Arnaud.


"Une vie à changer de visage pour apprendre à se reconnaître ou juste à mentir peut-être / Une vie où on s'attachera plus jamais à personne / Une vie à supplier pour qu'elle nous pardonne... (extrait de la chanson Une vie)" Des textes très forts mis en valeur par la musique qu'ils déploient. "Leur sens est plus éclairé par la forme que par les sons... par exemple, pour "Et la ville disparait", on a une forme longue avec un seul instrument pendant dix minutes, c'est plus ça qui compte que le choix de l'instrument en lui même.... " C'est un peu ça la marque de Programme, des sons très répétitifs avec un ou plusieurs instruments malaxés jusqu'à en abuser parfois... mais qui portent admirablement la voix et les textes d'Arnaud. "On veut quelque chose qui sonne clairement, et quand ça sort, ça parait très cru, on enlève tout ce q uipourrait édulcorer le sens", explique Damien.

Avec des paroles qui sonnent si justes et si réalistes sur l'état de notre société, Arnaud et Damien se sentent-ils engagés... ils le sont, mais pas dans le sens où le sont certains groupes comme Zebda ou Noir Désir... "Nous, on fait ce qu'on fait, on n'est pas engagés dans le sens faire de la musique et être inscrits à côté au PCF... c'est quand même une forme d'engagement, en fait, nous, on est engagés dans l'art, dans notre truc... c'est dans ce sens là", répond Damien. Finalement, la seule chose que revendique Damien et Arnaud, c'est d'être des artistes et c'est déjà pas si mal... "On doit faire un travail de mise en forme, esthétique et poétique..." indique Damien... peu de chance, voire même aucune d'entendre Arnaud dire "allez tous vous faire foutre", selon Damien, "à trop tomber dans la manière directe, on peut tomber dans un effet de mode et avoir un effet moins dérangeant, moins actif..." Voilà donc pourquoi Programme développe son propre truc et jusqu'au bout... "Si les gens s'arrêtent, c'est que c'est mal fait... en tout cas on serait pas satisfait de faire quelque chose qui va dans le sens du poil. Nous on met des choses qui marchent à la réécoute. On fait un pas vers le public et on espère que le public fasse un pas dans notre sens et ne juge pas trop facilement", confie Damien. Aucune chance que ce projet tourne en rond et à la caricature, Arnaud et Damien mettront fin à Programme avant, "si on a fait le tour de la question,
on ne va pas insister, la question se poserait différemment si on était double disque d'or...
"

Programme en live dans la lignée de leur musique sur cd... impressionnant. Pas de musiciens supplémentaires juste Arnaud au micro et Damien à la guitare et des bandes... un jeu de lumière au point avec des atmosphères sombres de manière générale et plus claires en fonction des nuances de leur musique. Un Arnaud se balladant nonchalemment de micro en micro distribuant ses paroles à qui veut bien les prendre... scotchant, pas d'autre mot!

 

MARKUS HABLIZEL

 

DALEK

22/11/2002
Erica Walter