ILE DE LA REUNION .PRO

AqMe : le nouveau phénomène


AqME : LE NOUVEAU PHENOMENE

 

Des deux côtés, pas de déception jeudi soir... AqME s'est arrêté à Nancy pour une date, mais quelle date... Le groupe a donné un concert bourré d'énergie, de gros sons et de mélodies, comme il en a le secret. Le public qui a rempli l'Austrasique ne s'y est pas trompé lui réservant un accueil des plus "chaleureux" et des plus bruyants... bref une rencontre entre les fans et le groupe pleine de promesses et de respect... preuve en est, les quatre musiciens ont pris le temps de discuter, après le concert, avec les spectateurs dans une ambiance plutôt bon enfant...

AqME peut se rassurer... s'il avait des doutes quant à sa notoriété, Nancy s'est empressé de faire savoir au groupe qu'il était très apprécié. Après les prestations de Leto et de nos nancéiens de Tawn, le public avait eu le temps de se préparer à la montée sur scène d'AqME. Ca s'est senti... Dès les premières notes du désormais bien connu "Le rouge et le noir", la foule a fait comprendre qu'elle n'était pas venue par hasard... Etn, Cheepo, Ben et le charismatique Koma ont donc pu ensuite déroulé leur set marqué par des moments plus apaisés comme pour "Tout à un détail près", titre repris par un public sous le charme. Que retenir encore de ce live, la reprise d'un morceau d'un certain groupe répondant au nom de Nirvana, et puis la présence d'un "fan club" affublé de t-shirt rouge au nom d'AqME, l'un des fans s'est d'ailleurs permis d'apporter des fleurs sur scène entre deux morceaux... Ah, séquence émotion... Alors avec tout ca, comment Ben, puis Koma, peuvent-ils résister à déclarer : "vous êtes l'un des meilleurs publics, voire le meilleur!" Peu importe, il faut croire tout simplement que Nancy a du goût et sait le montrer.

Une rencontre avec les garçons et la fille du groupe nous éclairera peut-être sur le pourquoi du comment de ce phénomène AqME... Captés juste avant leur repas, les quatre se sont laissés questionner sans aucune retenue...
L'histoire d'AqME commence avec la fin d'un autre groupe, Neurosyndrom, "moi je jouais déjà avec Etienne (batteur) dedans,
c'était un groupe amateur, puis vers 1999, on a décidé d'être plus sérieux
", explique Ben, le guitariste. Alors AqME a vu le jour avec l'arrivée d'un nouveau chanteur flambant neuf en la personne de Koma. Ben continue, "on est encore passé à une autre étape avec l'arrivée de Charlotte (alias Cheepo, la bassiste). Avec les anciens membres,
c'était pas forcément évident... avec Etienne, on était sûr de vouloir
faire de la musique à un niveau plus professionnel...
" Ce qui veut dire tout simplement, se donner les moyens de réussir et, comme le précise Koma, ça passe par "s'investir plus dans la musique, en faisant plus de répet', plus de concerts, et surtout en évoluant..." Alors, un cinq titres, "University of Nowhere", est sorti un peu de nulle part; pour l'anecdote, il a été enregistré en deux jours et a plutôt marqué ceux qui l'ont écouté. Pourtant, AqME attendait visiblement de réaliser un vrai premier album. "University of Nowhere, c'était juste une étape, on n'a pas maitrisé le succès (...) c'était juste une démo..." expliquent ensemble Ben et Koma. Et puis après "on s'est enfermé pendant un an et demi avant d'enregistrer en Suède", poursuit Koma. Et c'est donc là-bas que les quatre ont peaufiné "Sombres efforts", le premier album, sorti en septembre 2002.

"Sombres efforts" est donc un concentré des influences et des désirs des quatre membres. En tout cas, n'allez pas leur dire qu'ils font du néo-métal, ils ne se priveront pas alors de tous vous signifier que pas du tout. "C'est
un peu un mélange de tous les styles rock qu'on peut écouter... aussi bien du grunge..., que du pop-rock...
", affirment-ils tous ensemble. Effectivement, à travers des chansons comme "Si n'existe pas", "Superstar" ou bien encore "Délicate et sainte", AqME trouve son équilibre entre douceur et bons gros sons. "Au premier abord, c'est le côté violent qui peut ressortir", constate Ben, mais l'écoute des onze titres démontre bien qu'AqME , ce n'est pas que ça. Si la musique a son importance dans l'identité du groupe, les textes et ce qu'ils dégagent ne sont pas à ignorer. D'ailleurs, comme l'explique Etienne, "C'est un tout, on ne peut pas diviser les textes de la musique... Ca commence déjà par une base mélodique, et Koma s'adapte... il essaie de faire passer des émotions... mais tout est lié, c'est vraiment un effort de groupe." Avec des paroles sombres, tristes, amères aussi bien sur soi que sur la société (dans "Superstar", par exemple), Koma espère ainsi que, "tout le monde se retrouve, c'est écrit à la première personne, pour que les gens s'identifient. Mais je ne suis pas prétentieux..."

AqME est aussi un groupe qui a fait le pari de tout chanter dans la langue française, une volonté que défend chaque membre... "Ca permet d'avoir une certaine communication avec le public", insiste Cheepo. "Il y a plus de sentiments qui passent et, Koma vit ce qu'il chante, il aurait pas pu les chanter en anglais", reprend Ben. Cheepo ajoute tout simplement, "on est en France, je ne pense pas que tu puisses parler de tes problèmes dans une autre langue..." Enfin comme le développe assez longuement Etienne, ces dernières années, "la plupart des groupes français chantent en français, que ce soit Lofofora, Mass Hystéria, Noir Désir... et ils ont marqué le rock français. Qu'on puisse chanter uniquement en anglais, je trouve ça bizarre..."
Désormais AqME peut aussi prétendre faire partie du paysage musical français marquant, d'autant plus qu'ils appartiennent au collectif Nowhere. Appartenir est d'ailleurs un moindre mot, puisqu'AqME en est même initiateur. "On en fait partie depuis le début, on n'a rien eu à créer. Au début, on était un tout petit groupe, on démarrait... on se connaissait tous, il n'y avait pas beaucoup de groupes, donc on s'est réuni pour faire des concerts. L'union fait la force ! Et maintenant, c'est devenu une multinationale", explique Ben. Pleymo ou bien encore Enhancer sont à leurs côtés dans le Nowhere, des groupes qui ont connu du succès avant AqME, ont-ils un sentiment d'injustice par rapport à cela? "C'était le but du jeu, on fait chacun notre chemin (...)ceux qui marchent, ça pousse un peu les autres. De toute façon, on pouvait pas tous arriver à maturité en même temps... c'est notre parcours", indiquent Ben et Cheepo. Un parcours bien entamé et qui devrait se poursuivre dans le même esprit, que ce soit en tournée ou en studio avec un prochain album annoncé pour 2004. Et puis, que les déçus, qui n'ont pas pu venir ce soir, se rassurent : séance de rattrapage avec AqME prévue normalement en mars à la Pépinière.

Kim et Trent (TAWN)

03/02/03
Erica WALTER